,

Avancées technologiques: le véhicule autonome

Le Mondial de l’Automobile 2016 approche ! Il se tiendra cette année du 29 septembre au 16 octobre au Parc des expositions de la porte de Versailles. Zoom sur une des innovations présentes lors de cette édition : les « Advanced Driver Assistance Systems » (ADAS), ou – en français – systèmes avancés d’aide à la conduite.

 

transport, destination, modern technology and people concept - male hand searching for route using navigation system on car dashboard screen

L’innovation, en termes d’aide à la conduite, n’en est pas à ses balbutiements. Qui aujourd’hui ne connaît pas le système ABS (de l’allemand « Antiblockiersystem »), qui permet d’éviter le blocage des roues en cas de freinage brusque ? Ou encore l’ESP (Electronic Stability Control), ce fameux système électronique qui rectifie la trajectoire d’un véhicule en perte d’adhérence, et l’empêche de déraper ? En France, il est d’ailleurs obligatoire sur tous les véhicules depuis le 1er Janvier 2012. On pourrait aussi citer les radars de recul, l’aide au stationnement… Ces dernières années, les innovations ont été nombreuses.

Depuis les débuts, de nouveaux systèmes ont vu le jour et continuent d’émerger, les grands constructeurs travaillant constamment à améliorer l’aide à la conduite et la sécurité des conducteurs. Le système anticollision, par exemple, conçu dans l’optique de réduire la gravité des accidents, anticipe le freinage et alerte le conducteur si un véhicule ou un obstacle est trop proche. L’alerte de franchissement involontaire de ligne (AFIL) prévient et rectifie la trajectoire d’un véhicule qui dévie sans que le conducteur ait actionné ses clignotants, l’alertant par des vibrations. Parlons aussi du dernier projet Audi : le Traffic Light Information System. Le constructeur allemand annonce être en passe de commercialiser cette technologie qui consiste à créer une liaison entre un véhicule et les infrastructures pour éviter le maximum de feux rouges. Via une connexion 4G, la voiture avertira son conducteur de la vitesse à maintenir pour passer au feu vert.

Airbag warning light. Car dashboard in closeupAujourd’hui, certaines marques proposent déjà des véhicules aptes à respecter le code de la route et éviter les obstacles en quasi autonomie. Grâce à de nombreux capteurs installés sur le véhicule, ce dernier peut contrôler la trajectoire, la vitesse, etc. Le conducteur peut ainsi le laisser faire, et n’intervenir qu’en cas d’urgence. Ces technologies existent sur les derniers modèles de Tesla ou Nissan, notamment.

Dans les grandes villes, comme Lyon ou Paris, des minibus 100 % autonomes sont en phase de test. Ces véhicules sans chauffeur, 100 % électriques, circulent sur de petits trajets, transportant de petits nombres de voyageurs. Ces projets sont encore au stade de l’expérimentation, et les véhicules en question nécessiteront bien entendu des mises au point avant d’être 100 % autonomes. Même si à Singapour, certains taxis autonomes ont déjà été mis en service !

Quant aux véhicules autonomes destinés aux particuliers, on les touche du doigt : chez le constructeur français PSA, un calendrier ambitieux a même été mis en place pour aboutir à la conduite autonome. Une palette de solutions technologiques sera déployée au cours des prochaines années afin d’atteindre cet objectif.

En bref : les technologies d’aide à la conduite sont aujourd’hui de plus en plus présentes dans tous les nouveaux modèles de véhicule, et la voiture du futur sera certainement au Mondial de l’Automobile 2016 !